Résumé des épisodes précédents: après avoir vécu des aventures palpitantes à Château Chalon, ascension du rocher et descente de cave, les participants à la Jurassic Party, exténués, se font hélitreuiller jusqu'à Arbois pour une session nocturne aux Jardins de St Vincent, le repaire de Stéphane Planche. Pour cette nouvelle étape de notre périple, l'idée du jardinier-sommelier-caviste était de nous faire découvrir quelques bouteilles sortant du parcours balisé que nous nous étions fixé pour le week-end. Les vins ont été dégustés à l'aveugle.

P1000099Un vin rouge très friand, très frais, très rond, avec une belle couleur pétante, presque fluo. Ce trousseau Le Ginglet 2007 de Philippe Bornard est très réussi, dans un registre croquant et gourmand. Très bon à boire maintenant, une sympathique bouteille pour les journées estivales qui approchent, espérons-le, à grand pas.

Une belle robe profonde et brillante, le nez est assez discret de prime abord, avec des notes lactiques. En bouche, une pointe de gaz , et des tannins qui accrochent un peu trop... Le ploussard la Chamade 2005 de Philippe Bornard est un peu difficile en l'état, mais présente un beau potentiel, à revoir dans quelques années.

P1000101Le trousseau Garde Corps 2005 du même Bornard a un nez fruité et fumé... Une attaque souple, un bel équilibre et un toucher de bouche très agréable. J'aime beaucoup, très beau trousseau avec là aussi un grand potentiel de garde.

On passe au blanc: un nez très parfumé de pâte d'amande, une impression sucrée... La bouche est pourtant très tendue, fraîche avec des notes végétales et une sacrée acidité en finale... Un melon de Pupillin: le chardonnay 2007 d'Emmanuel Houillon, issu du terroir de Viandrix.

Le cinquième vin présente un nez un peu piquant, un poil oxydatif, du citron, de la poire. Beaucoup de matière en bouche, c'est concentré et long, sur la peau de raisin, la pomme un peu oxydée, mais brûlant en finale. Ce savagnin 2005 la Combe de Jean Marc Brignot, malgré son caractère sec, contient un quart à un tiers de raisin touchés par le botrytis, ramassés début novembre sur le Curoulet. Lors de la fermentation alcoolique qui a duré 2 ans, un voile s'est formé. Le résultat est assez étonnant, je ne suis pas convaincu en l'état, à cause de la finale alcooleuse et d'une certaine lourdeur, mais ça peut bien évoluer.

DSCN9578Une belle couleur dorée, un nez entêtant de fruit, la mandarine blette, du grillé, du champignon, un nez rond et complexe... la bouche est très aromatique, élégante, avec beaucoup de volume, de beaux amers et une belle acidité, une finale un peu saline. C'est long et classieux. Ce chardonnay St Paul 1989 de Camille Loye, encore jeune, est ma bouteille préférée de la soirée...

Un nez tout en finesse, une bouche bien équilibrée, un oxydatif bien maîtrisé. C'est fin, épicé, un peu minéral, assez vif et frais mais avec tout de même de la rondeur. Joli vin jaune Côtes du Jura 1998 de Philippe Butin, élevé en cave fraîche.

Un OVNI pirate pour finir: Foxy Lady 2008 de la Grange aux Belles, AOC Coteaux de l'Aubance, un chenin sous voile. "Hommage à Jimi Hendriix et Francis Poirel" nous précise l'étiquette. Un nez surmûri, un petit côté médicinal, une pointe d'oxydatif et un peu trop de sucre pour moi.

DSCN9581Pas de note sur le Vin de Jardin, un VDP de la Grange aux Belles, un rouge sympa, digeste et sans prétention qui a bien tenu son rôle aux côtés du plateau de charcutailles et de fromage qui n'a pas fait un pli lors du mâchon final.

Merci à Stéphane pour son accueil chaleureux, ses commentaires éclairés et l'ambiance amicale qu'il sait créer dans son repaire arboisien.

Lors de notre transfert sanitaire vers le gîte de Villette les Arbois où nous prendrons un repos bien mérité, nos esprits à peine embrumés s'égarent déjà vers Montigny les Arsures, haut lieu de nos exploits du lendemain... Montigny les Arsures où l'on fait du bon trousseau, mais pas que... La Jurassic Party continue dans l'épisode quatre...