Arbois 1973 Cuvée des Docteurs, Lucien Aviet, Montigny les Arsures

Pour cloturer la série des rouges de cette soirée quitte ou double, un poulsard de Bacchus. La plupart des dégustateurs présents sont des afficionados du barbu de Montigny, qui ne manque pas une occasion de vanter le grand potentiel de garde de ses vins, tant en blanc qu'en rouge... ce soir on a l'occasion de juger sur pièce.

DSCN8870Le niveau est moyen mais encore tout à fait correct, la cire recouvre encore le bouchon. Robe particulièrement clairette, d'aspect évolué certes, mais avec de beaux restes. Nez évolué et surtout peu causant. En bouche, attaque souple, encore du volume, finale sur la griotte, un peu chaude et alcooleuse, mais d'une belle longueur pour un vieux poulsard. Un vin loin d'être mort, mais qui ne se livre pas. Double, néanmoins.

Mais le plus intéressant vient le lendemain. il en reste un bon fond de bouteille... La robe est toujours aussi claire, le nez reste évolué, mais pas réduit, on est plus sur des notes un peu chocolatées et torréfiées, mais aussi sur du fruit, la griotte encore. Un nez bien plus avantageux que la veille en tout cas, qui donne envie de goûter. En bouche, l'attaque joue sur du velours, avec une acidité fine et bien fondue. DSCN8877C'est très poulsard, du fruit, griotte toujours, groseille, malgré son âge il a conservé un côté taquin, une petite verdeur tannique (quand on mange une groseille bien mûre et qu'on mord dans le pépin), sans aucune trace d'oxydation. Finale longue bien qu'un peu chaude, mais c'est gourmand!  La chaleur en fin de bouche vient contre-balancer le côté acidulé et les fins tannins. Le bougre a bien supporté les 24h d'aération qui lui ont permis de s'exprimer. 36 ans ce poulsard? A l'aveugle je serais descendu jusqu'en 89 ou 90, mais pas au-delà. Double avec mention.